Les Farhis

Ajouter un commentaire

Prévoyant un sit-in demain : L’Unpef exige d’être membre du conseil des programmes

Quelques jours seulement après avoir signifié une fin de non-recevoir à la demande d’augmentation du volume horaire des sciences islamiques, le ministère de l’Education nationale est la cible d’une action de protestation visant à «dénoncer le caractère expéditif de l’application de la réforme».
L’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef) organisera, le 15 novembre, un sit-in de protestation de deux heures (10h à 12h) au niveau des établissements contre les réformes introduites dans le secteur de l’éducation «faites dans la précipitation», souligne Sadek Ziri, président du syndicat, dans une conférence de presse organisée hier à Alger.

«Nous voulons exprimer notre désapprobation de ce qui a été fait dans le cadre de l’application de la réforme, ayant engendré des erreurs dans les manuels scolaires et des atteintes aux constantes nationales», explique le syndicaliste. Mais le conférencier ne cite que la suppression de la «basmalah» pour illustrer l’atteinte aux constantes protégées par la loi sur l’orientation scolaire.

Pour Sadek Ziri, «des décisions choquantes pourraient être prises par le département de Nouria Benghabrit, puisque les syndicats de l’éducation n’ont pas un droit de regard sur ce qui se fait en coopération avec des experts». Pour ce dernier, «présenter, dans le manuel de lecture de langue arabe de la 4e année, un héros de la Révolution comme étant un adepte de la musique et du théâtre est inacceptable».

L’Unpef estime que cette atteinte est le résultat de la «précipitation» de l’application dans les nouveaux manuels devant accompagner les programmes de nouvelle génération issus de la réforme. Le syndicat dénonce en outre les décisions que «le département de l’Education s’apprête à prendre». Le conférencier évoque «l’intention des auteurs des nouveaux programmes de supprimer la matière des sciences islamiques ou la diminution de son coefficient».

A souligner que la révision des coefficients des matières secondaires de chaque filière au baccalauréat est une des propositions de certains membres de la commission de la refonte de cet examen. Cette proposition n’a pas été validée comme recommandation. La commission précitée a retenu la fiche de synthèse et le baccalauréat en deux sessions décalées comme proposition pour la révision de cet examen jugé trop généraliste pour les différentes filières.

Le syndicat exige d’être associé en étant représenté dans le Conseil national des programmes, mis en place au début de l’année scolaire en cours. Le syndicat plaide également pour l’anglais comme première langue étrangère. Sur un autre plan, l’Unpef s’indigne de la baisse du budget alloué au secteur de l’Education ces deux dernières années. Selon M. Ziri, «le budget attribué au secteur de l’Education est en baisse depuis deux ans, et comme plus de 85% du budget va au payement des salaires, ce qui est alloué à la formation reste infime».
 

Catégorie: 

Source: 

http://www.elwatan.com/actualite/prevoyant-un-sit-in-demain-l-unpef-exige-d-etre-membre-du-conseil-des-programmes-14-11-2017-356633_109.php

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam
Fill in the blank.